Le Cantal vagabond

Livre : Le Cantal vagabond

Livre : Le Cantal vagabond en çai e en lai

« Nous n´avons pas arpenté toutes les communes du Cantal, ni remis nos pieds dans les traces de tous les lieux visités en une vie, mais évoquons  plutôt l’espace construit peu à peu dans nos têtes, notre mental map de ce morceau d’Auvergne ». Derrière cette phrase une amitié d’enfance, née dans la vallée de Cheylade, maintenue à travers les âges de la vie. L’un devint architecte, mais au-delà des plans, dessine avec toujours plus de bonheur. Et toujours plus le pays de ses ancêtres. L’autre, germaniste, traducteur, auteur en français et allemand, a trouvé là, dans l’occitan des grandes vacances et travaux agrestes, la source de son amour des langues. Ils ont il y a peu, avec L’Europe buissonnière, couru l’aventure d’une œuvre double, croisant deux moyens d’expression, la plume et le crayon. Les voilà à deux sur les chemins du Cantal, un des nombreux cœurs d’Europe.

« Des vide-greniers aux absides, des parapluies aux quads, des reliquaires aux poulacres – il y a peut-être là plus que le lecteur n’en voudra. À lui de parfois sauter par-dessus comme on saute un ruisseau trop fantasque, se retenant aux branches de la pagination et du noir et blanc, invités/contraints à un espace d’imagination. Resterait au fond, alors, un livre des entre-mondes, une esquisse pas trop esquichada, comme on dit en occitan, “esquichée” comme on dit en méridional… »

 

Auteurs : Jean-Paul Barbe (texte) et Jacques Dulieu (dessins)

ISBN : 978-2-918098-37-9

Broché, cousu, couverture avec des rabats

Format intérieur : 170 X 220 mm à la française

128 pages en noir et blanc

Prix : 18 euros

Sortie prévue : octobre 2016

 

Né à Nantes en 1939, Jean-Paul Barbe a des racines hautes-corréziennes. Professeur de littérature et civilisations allemandes à l’Université de Nantes, il a traduit vers et prose, Satah Kirsch et Volker Braun. Il est l’auteur  de plusieurs ouvrages de fiction  en français (aux Editions Joca Séria) ou en allemand. Tombé amoureux, adolescent, du Nord-Cantal lors de grandes vacances à répétition, il y a alors fondé son amitié avec Jacques Dulieu. Leur égal plaisir à croiser deux moyens d’expression différents, la plume et le crayon, leur a déjà fait réaliser un premier essai de voyage, L’Europe buissonnière, édité aux Editions Siloé. Ils récidivent avec cette déclaration d’amour pour leur lieu commun.

 

Né à Lille en 1938, Jacques Dulieu vit son enfance dans le Plat-pays. Pour  les grandes vacances, le cadre est tout autre, c’est la terre natale du grand-père maternel dans le Cantal. Après sa formation d’architecte et d’urbaniste à Paris, il crée différents ateliers coopératifs dans la capitale, ainsi qu’à Nantes, où il enseignera à l’Ecole d’Architecture. Il participe à Nantes au renouveau du tramway, et réalise pour Clermont-Ferrand le design des stations du tramway sur pneumatiques. Le dessin marque les activités de Jacques Dulieu, que ce soit dans la recherche et la création, ou dans les notes et mises en mémoire des lieux traversés.